Où avez-vous mangé, hier ?


Par un message au personnel du 11 janvier 2018 à 11h07, l'OIB nous a informés que les services de restauration seraient interrompus le jour-même au BERL, BU-5, EEAS, CCAB, MADO, PLB3, MO34 et L130.suite à une grève spontanée du personnel des concessionnaires CIANO et UNIJOLLY.

CONF/SFE, par son partenariat avec le plus grand syndicat belge ACV/CSC, a été informé que l'OIB était au courant depuis un certain temps des problèmes sociaux dans ces entreprises, qui feraient face à des grands problèmes de manque de liquidités (cash flow).

Ceci aurait des conséquences négatives sur les paiements des rémunérations des employés. En complément, il y aurait une situation de non-respect des conditions de travail et des pressions sur ce personnel. ACV/CSC soutient les employés concernés, et est à leurs côtés dans ce conflit social, avec la sympathie de CONF/SFE.

CONF/SFE, dans son rôle de défendeur des intérêts du personnel à la Commission, regrette de constater que l'origine des problèmes chez les fournisseurs se trouve dans la stratégie de saucissonnage de contrats de service, mettant différents concessionnaires en concurrence permanente à l'intérieur des différentes cantines à la Commission.

Ceci résulte maintenant en interruptions ponctuelles, voire bientôt des interruptions permanentes en cas de faillite des concessionnaires, d'un service de base à rendre au personnel. Lors de la présentation de cette stratégie par l'OIB il y a quelques années, CONF/SFE avait déjà averti l'OIB de ce risque, ainsi que d’un risque de mauvais traitement, pouvant aller jusqu'à l'exploitation, des employés externes par des concessionnaires se retrouvant en difficulté suite à cette mise en concurrence permanente et aux exigences contractuelles restrictives imposées par l'OIB dans les différents contrats-cadres.

CONF/SFE rappelle à l'OIB que le personnel, suite à toutes les économies faites dans la réduction des effectifs et à l'augmentation de son horaire de travail hebdomadaire jusqu’à 40 heures, se trouve sous pression permanente pour rationaliser, entre autres, le temps nécessaire pour manger. Ainsi, le personnel doit-il pouvoir déjeuner de manière rapide et efficace, sans trop de perte de temps et à des tarifs modestes, ce qui n'est pas possible en cas d'interruption soudaine ou permanente.

CONF/SFE demande donc à nouveau à l'OIB:

  • De procéder à la prise immédiate de mesures pour assurer la continuité des services de restauration dans toutes les cantines en cas d'interruption soudaine ou permanente à certains endroits;

  • De revoir sa stratégie de mise en concurrence des différents concessionnaires qui se démontre insuffisante, de préférence en retournant à la ré internalisation des services par du personnel statutaire comme auparavant;

  • D'examiner la possibilité d'accès au système de chèques repas pour le personnel, comme cela existe dans toutes les autres grandes entreprises internationales.

  • De prendre conscience du risque de nuisance à l'image de la Commission comme employeur indirect de personnel pour lequel les droits sociaux et les conditions de travail ne sont pas respectés.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives

We are in the process of making the pages visible on mobiles (French pages first). Display errors are possible. Do not hesitate to use the "Computer version" parameter on your mobile / tablet.

Visitors:

Realised by JOUAN Cyril

Contact the Webmaster

Cyril.jpg